Boilly, Louis Léopold (1761 - 1845)

La Descente de l'escalier

Temporairement absente

Date : Vers 1800
Dimensions : H. 34.5 x l. 27.2 cm
Numéro d’inventaire : 2003.1

Boilly affirme dans cette petite huile sur papier ses qualités de peintre réaliste, s’attachant au rendu du quotidien : un vieillard descend un escalier avec précaution, accroché à la rampe et appuyé sur sa canne. Un petit chien attend son maître, le museau levé vers lui et la queue en rond : il est si bien campé qu’on dirait qu’il frétille à l’idée de la promenade. Dans l’angle droit de la composition, l’artiste a ajouté un portrait d’homme sur le mur du hall qui correspond à son goût du trompe-l’œil et à son intérêt pour les très petits portraits. L’escalier débouche dans un couloir aux murs appareillés de pierres. Le lieu, difficilement identifiable, confère à l’œuvre son caractère mystérieux. L’artiste exploite les ressources du clair-obscur, à la manière des peintres hollandais du XVIIe siècle.  La lumière du jour, froide, venant de l’extérieur, et celle d’une lampe, plus chaude, éclairant le haut de l’escalier dessinent les contours des reliefs. L’interprétation du sujet est équivoque. L’âge avancé du personnage  peut-il s’interpréter comme une métaphore  sur le temps qui passe ou les âges de la vie ?

Télécharger l'image en HD

Vous pourriez également être intéressé par