Largillierre, Nicolas de (1656 - 1746)

Portrait présumé de Madame la duchesse de Beaufort

Exposé en salle

Date : En 1714
Dimensions : H. 80 x l. 64.5 cm
Numéro d’inventaire : J 72
Signature : Signé au verso : "Peint par N. de Largillierre, 1714"
Date : Daté au verso : "Peint par N. de Largillierre, 1714"

La longue carrière de Nicolas de Largillière s’étend sur les règnes de Louis XIV et Louis XV, au cours desquels il s’impose comme un portraitiste de premier plan. Ses effigies féminines frappent par leur caractère introspectif et leur richesse décorative. Ce portrait est typique des effigies d’apparat peintes par Largillière dans une mise en scène un peu solennelle, qui appartient encore à l’art du XVIIe siècle. Le modèle regarde directement le spectateur, avec un léger sourire, comme pour s’adresser à lui. La tradition reconnaît dans ce portrait les traits de la duchesse de Beaufort, une aristocrate anglaise que Largillière aurait peinte lors de son séjour parisien. L’artiste a pris soin non seulement d’affirmer la présence psychologique du modèle, mais aussi de souligner la richesse de ses atours. Le velours d’un bleu profond, la dentelle finement ouvragée ou encore la robe orangée sont exécutés avec une touche hardie, digne des maîtres flamands admirés par Largillière. Dans cette toile, la matière est onctueuse, dans les empâtements de blancs de la dentelle. Largillière rend avec habilite la clarté crémeuse du visage et le fouillis brillant des dentelles, mais il peint magistralement l’opulence des tissus aux plis chatoyants. La vive tonalité du premier plan est quelque peu adoucie par les teintes automnales du paysage à l'arrière-plan, accord coloriste d’un superbe effet renforçant la dignité et la beauté du modèle. Le tableau porte au verso une inscription manuscrite, à l’encre, qui est la signature de l’auteur et la date d’exécution de l’œuvre, 1774.

Télécharger l'image en HD

Vous pourriez également être intéressé par