Aller au contenu principal
Home > News > Conférence de Guillaume Faroult, conservateur en chef au musée du Louvre

Conférence de Guillaume Faroult, conservateur en chef au musée du Louvre

Dans le cadre de l'exposition "L'Empire des sens, de Boucher à Greuze", le musée Cognacq-Jay organise une conférence conduite par Guillaume Faroult, conservateur en chef, en charge des peintures françaises XVIIIe siècle et peintures britanniques et américaines, musée du Louvre, membre du comité scientifique de l'exposition et auteur de L'Amour peintre, l'imagerie érotique en France au XVIIIe siècle. Cette conférence aura pour thème « Entre Boucher, Greuze et Fragonard, Pierre-Antoine Baudouin ou les leçons du libertinage » et aura lieu le jeudi 24 juin à 17h au musée Cognacq-Jay.


Guillaume Faroult, L'Amour peintre (Cohen&Cohen)

De Watteau à Fragonard , en passant par Boucher les peintres français ont produit de remarquables chefs d'œuvre ayant l'amour pour sujet principal. La France du XVIIIe siècle a en effet établi le raffinement du comportement amoureux comme la manifestation de la civilisation des Lumières. L'exceptionnelle fécondité de leur inspiration amoureuse fait la matière de ce livre.

Du Pèlerinage à l'île de Cythère de Watteau (1717) au Verrou de Fragonard (vers 1778), les peintres français ont produit une remarquable suite de chefs d'œuvre ayant l'amour pour sujet principal et qui semblent incarner les valeurs brillantes et ambiguës d'une culture sophistiquée consciente de son apogée. La France du XVIIIe siècle a en effet établi le raffinement du comportement amoureux comme la manifestation suprême de la civilisation des Lumières.
Les peintres les plus doués, Antoine Watteau (1684-1721) François Boucher (1703-1770) et Jean Honoré Fragonard (1732-1806), entre autres, consacrèrent leur immense talent à l'amour. L'exceptionnelle fécondité de leur inspiration amoureuse, chaste ou impudique, fait la matière de ce livre.
Les peintres, dessinateurs et graveurs contribuèrent, par l'illustration, au succès sans précédent de la fiction romanesque, tout d'abord galante, bientôt libertine et enfin tendre et sentimentale.
La sensualité exquise et civilisée de Watteau, le plaisir mondain et hédoniste de Boucher, l'équivoque grivoise des illustrateurs libertins, la tendre sensibilité de Fragonard font l'objet d'attentives analyses développées dans cette étude qui croise histoire de l'art, histoire culturelle et histoire sociale.



Informations pratiques et réservations

Pour aller plus loin

Accès

Musée Cognacq-Jay
8 rue Elzévir
75 003 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

L'accès aux collections permanentes est gratuit.

Le musée n'est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Musées dessinés
Christelle Téa
9 septembre 2021 - 2 janvier 2022