Skip to main content
Home > Node > L'Empire des sens, de Boucher à Greuze

L'Empire des sens, de Boucher à Greuze

From 19 May to 18 July 2021

RÉSERVATIONS EN LIGNE

Embarquez pour Cythère, l’île de l’Amour, sur les traces du peintre François Boucher, insolite et érotique, au gré de ses inventions les plus audacieuses.
A l’occasion du 250e anniversaire de la mort de François Boucher (1703 - 1770), le musée Cognacq-Jay explore le thème de l’Amour dans sa forme la plus licencieuse, au prisme des créations de Boucher et de ses contemporains - maître, rivaux ou élèves - tels que Watteau, Greuze et Fragonard. Ce dialogue révèle comment Boucher, le peintre de Louis XV, s’impose comme une figure centrale du développement de l’art érotique au XVIIIe siècle. Une centaine de peintures, dessins et estampes, qui traitent du désir autant qu’ils le suscitent, sont exceptionnellement réunis. Provenant de prestigieuses collections internationales publiques et privées, ces chefs-d’œuvre sont souvent présentés pour la première fois en France. Le parcours de l’exposition prend une nouvelle ampleur en se déployant exceptionnellement dans huit salles du musée.

Le XVIIIe siècle signe l’avènement du plaisir des sens. Plus qu’à toute autre époque, l’Amour y occupe une place dominante dans les arts. Philosophes, hommes de théâtre, romanciers et artistes, tous investissent le thème des passions amoureuses et des désirs charnels. On ne compte plus, sous le pinceau des meilleurs peintres, les scènes bucoliques où badinent bergers et bergères, les boudoirs où s’échangent les soupirs langoureux, les alcôves où s’égarent « le cœur et l’esprit ». Pourtant, dans cet océan d’images consacrées à l’Amour, on a jusqu’ici peu insisté sur l’audace et l’originalité de certaines « inventions ».

« Peintre des Grâces », François Boucher est également l’auteur de compositions secrètes, à la charge érotique saisissante. Ses œuvres célèbrent le corps nu de la femme qui s’abandonne, hypnotise les regards et éveille les sens. Au sommet de sa gloire, sa notoriété s’accompagne d’une réputation sulfureuse, habilement alimentée par ses détracteurs. Ses très lascives Odalisques - représentées nues, alanguies sur un sopha, le fessier comme offert au spectateur - ont largement contribué à nourrir les rumeurs.

Au travers de trois grandes sections, l’exposition décline les temps du plaisir et les gestes amoureux, depuis la naissance du désir jusqu’à l’assouvissement des passions. Ce parcours déploie une polysémie amoureuse, de Watteau à Greuze, ponctuée par les créations de Boucher. Resserrée sur les œuvres les plus audacieuses, l’exposition propose de regarder ces inventions à l’aune des échanges entre artistes, en suivant les phénomènes d’émulation et de rivalité, jusque dans le dialogue particulièrement fécond avec la littérature libertine de l’époque.
Elle s’achève sur de rares chefs-d’œuvre qui invitent à réfléchir sur la violence des pulsions charnelles et sur leurs conséquences parfois tragiques.


Commissariat
Annick Lemoine, directrice du musée Cognacq-Jay
assistée de Sixtine de Saint-Léger

Comité scientifique
Guillaume Faroult, conservateur en chef, en charge des peintures françaises XVIIIe siècle et peintures britanniques et américaines, musée du Louvre
Françoise Joulie, historienne de l'art
Alastair Laing, conservateur honoraire au National Trust, Londres



Programmation événementielle
Consultez l'agenda culturel
Ecouter en podcast la conférence de Jean-Christophe Abramovici : Le libertinage peut-il faire société ? Diderot au Salon - en partenariat avec le GIS Sociabilités
Ecouter en podcast la conférence de Michel Delon : Jardins libertins du XVIIIe siècle - en partenariat avec le GIS Sociabilités

A lire : à l'occasion de la Paris Fashion Week 2021 dédiée la mode masculine, Sixtine de Saint-Léger décrypte les détails du costume du peintre dans le tableau de Fragonard, Les débuts du modèle.

A écouter : littérature libertine des Lumières par la conteuse Laure Urgin


Avec le soutien de



Avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre

Practical information

HORAIRES
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h (fermeture de la caisse à 17h30).
Ouvert le mercredi 14 juillet 2021.

TARIFS
Billet unique exposition et collections permanentes :
Plein tarif : 8€
Tarif réduit : 6€
Réservez vos billets en ligne en cliquant ici. La réservation en ligne d’un billet horodaté est obligatoire pour tous, y compris pour les détenteurs de la carte Paris Musées.
Un problème avec votre billet ? Contactez le SAV : parismuseesquestions.billetterie@paris.fr.

ACCÈS
Musée Cognacq-Jay
8 rue Elzevir
75 003 Paris

Le musée n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Exhibition publications

L'Empire des sens

Go to webstore

Musées dessinés
Christelle Téa
9 septembre - 5 décembre 2021