Aller au contenu principal
Home > Revue de presse : le décès d’Ernest Cognacq

Revue de presse : le décès d’Ernest Cognacq

Peu après le décès d’Ernest Cognacq à Paris, le 21 février 1928, une revue de presse est constituée, probablement par Édouard Jonas, antiquaire et premier directeur du musée Cognacq-Jay. Cette revue de presse couvre une période très courte, du 21 février au 3 mars 1928, et elle n’est bien sûr pas exhaustive pour cette période.  Les titres dans lesquels paraissent les articles sont français pour la plupart mais des périodiques américains (le New York Herald par exemple), britanniques (le Times, le Daily Mail), ou encore suisses (Le Journal de Genève par exemple) ont réservé un ou plusieurs articles au fondateur des magasins de la Samaritaine. Peu d’articles ont gardé leur signature, à l’exception notable de celle de l’architecte de la Samaritaine Frantz Jourdain  dans L’Avenir du 24 février 1928. Globalement, on ne relève pas de voix discordantes dans cette réunion d’articles, même si au détour d’une phrase ou d’un titre, des mentions telles que « richard » apparaissent comme une réponse aux critiques qui pourraient s’élever contre l’homme d’affaires, dans un contexte où les clivages politiques sont très marqués.

Que retient-on dès lors d’Ernest Cognacq ? D’articles en articles, c’est d’abord l’ascension sociale extraordinaire de celui qui fut initialement un modeste vendeur qui est soulignée, à force d’un travail acharné.  La simplicité de l’homme, au train de vie resté modeste malgré la fortune, et les actions philanthropiques qu’il a conduites avec son épouse sont également largement détaillées, au premier rang desquelles la fondation du prix Cognacq pour les familles nombreuses. Certains articles enfin rappellent la collection qu’il a constituée et le don d’une partie de celle-ci au profit de la Ville de Paris, dans un musée alors en cours d’élaboration, boulevard des Capucines.

Consulter la revue de presse.

Pour aller plus loin

Accès

Musée Cognacq-Jay
8 rue Elzévir
75 003 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

L'accès aux collections permanentes est gratuit.

Le musée n'est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Cycle de conférences
La circulation des modèles de sociabilité au XVIIIe siècle
Automne 2019